Coronavirus à Saint-Etienne : Restaurateurs et hôteliers manifestent pour leur réouverture

CONFINEMENT Plusieurs centaines de personnes ont défilé, sans autre perspective que celle, hypothétique, du 20 janvier

20 Minutes avec AFP

— 

Un bar fermé pendant le confinement, ici à Paris. (illustration)
Un bar fermé pendant le confinement, ici à Paris. (illustration) — Elizabeth Pantaleo/Shutterstock/SIPA

Entre 300 et 350 personnes ont manifesté vendredi après-midi à Saint-Étienne en faveur de la réouverture de tous les commerces, selon l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, organisateur de ce rassemblement autorisé. Pendant plus d’une heure, sur la principale place du centre-ville, restaurateurs, cafetiers, hôteliers, gérants de discothèques et de salles de sport ont arboré le slogan « Laissez-nous travailler » et brandi des banderoles portant l’inscription « Je suis restaurateur », « Discothèques en danger » ou « La nuit doit revoir le jour ».

Le restaurateur Alexandre Cipriani, président de ce syndicat professionnel dans la Loire, a pris la parole pour exprimer combien « il était humiliant de ne pas pouvoir vivre de son métier, de sa passion, de son art, de faire l’aumône pour obtenir quelques aides pour survivre », tout en prévenant que « 50.000 faillites et 250.000 licenciements allaient arriver, rien que dans [leur] branche ».

« Stop à l’injustice »

Un personnage pendu au bout d’une corde, avec un panneau « Stop à l’injustice », symbolisait le devenir sombre de ces professionnels, dont certains déposaient une rose blanche sur un cercueil. « Quelques élus, fournisseurs et clients, mais aussi d’autres commerçants qui eux pourront rouvrir samedi, comme les coiffeurs, étaient présents en signe de solidarité », a précisé Henriette Perret, secrétaire générale de l’Umih Loire.

La manifestation était autorisée par la préfète de la Loire Catherine Seguin, qui a de son côté annoncé vendredi avoir pris un arrêté autorisant les commerces du département à ouvrir tous les dimanches jusqu’à la fin de l’année, « pour une meilleure reprise de l’activité économique et une meilleure régulation des flux de clients ».