Coronavirus : Elisabeth Borne espère une baisse du chômage en 2021

CRISE Même si le deuxième confinement « est un choc », Elisabeth Borne pense « qu’on peut avoir confiance dans la capacité de rebond de notre économie »

20 Minutes avec AFP

— 

Elisabeth Borne, le 23 novembre 2020 à Paris.
Elisabeth Borne, le 23 novembre 2020 à Paris. — Auteurs : CELINE BREGAND/SIPA

Optimisme. C’est le maître-mot d’Elisabeth Borne. La ministre du Travail a affirmé ce samedi espérer une baisse du chômage en 2021, estimant « qu’on pouvait avoir confiance dans la capacité de rebond de notre économie » après le deuxième confinement, en pleine épidémie de coronavirus.

En avril, après le premier confinement, « on a eu un million de demandeurs d’emploi (sans activité) en plus », a-t-elle rappelé et cela a ensuite « rebaissé de 70 % », à la fin octobre, avant le deuxième confinement. Même si le deuxième confinement « est un choc », Elisabeth Borne pense « qu’on peut avoir confiance dans la capacité de rebond de notre économie ».

Des « premiers signaux positifs » du plan jeunes

« J’espère que sur 2021 le chômage va pouvoir décroître, évidemment », a-t-elle déclaré sur France Inter. Elle a évoqué les « premiers signaux positifs » du plan jeunes, comme les effets de la prime de 4.000 euros pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans pour un contrat de plus de trois mois. « Sur août-septembre-octobre, on a eu près d’un million d’embauches en CDD de plus de trois mois ou en CDI. Soit le même niveau que l’an dernier », a-t-elle dit.

Face à la montée des plans sociaux, elle a aussi lancé un appel à « la responsabilité » des grandes entreprises pour ne pas licencier. « Pour ceux qui n’ont pas le couteau sous la gorge, je les invite à ne pas engager des plans de licenciements alors que le marché du travail est plus difficile, c’est une question de responsabilité », a-t-elle jugé.